First responders « Premiers répondants »

But du premier répondant

Le but de notre fondation regroupant les premiers répondants est d’augmenter le taux de survie lors d’arrêt cardiaque, en créant et en coordonnant, en collaboration avec la centrale sanitaire 144, un réseau de premiers répondants.

Le but du premier répondant est d’apporter les gestes de base en réanimation sur les situations d’arrêts cardiaques – comprenant notamment le massage cardiaque et la défibrillation – en attendant l’arrivée de l’ambulance. Il complète efficacement la chaîne de survie. Le premier répondant n’est pas un professionnel de la santé mais il a suivi des cours spécifiques pour réagir correctement lors de situations d’arrêts cardiaques. 

La fondation first responders coordonne des premiers répondants dans toute la Suisse-Romande, et plus particulièrement dans les régions de Vaud, Fribourg et du Jura.

En bref

Le terme « first responder » désigne toute personne bénévole formée aux gestes de réanimation et de défibrillation qui accepte d’intervenir sur un événement cardiaque. Le first responder a ainsi pour mission principale de renforcer les maillons de la chaîne de survie. Le first responder est alerté par la Centrale d’appels sanitaires urgents, via l’application pour smartphone « First Responders Vaud », ceci parallèlement aux services préhospitaliers (ambulances, SMUR, REGA, etc.). L’application lui permet de concrétiser son engagement par une confirmation. Le first responder est alerté par la Centrale d’appels sanitaires urgents uniquement sur le motclé « arrêt cardiaque ». On ne peut exiger de lui des mesures plus avancées que les gestes de réanimation acquis dans un cours de réanimation cardio-pulmonaire et défibrillation précoce (BLS-AED). Il ne remplace en aucun cas l’engagement des services préhospitaliers et son engagement cesse dès l’arrivée des secours professionnels. Par ailleurs, le first responder n’a aucune légitimité médicale. Il n’exécute aucun acte médical délégué et ne peut ni prescrire, ni administrer un médicament. Le first responder est alerté par le biais de son smartphone, pour autant qu’il ait sélectionné la région concernée lors de son inscription. Il peut alors accepter ou refuser l’intervention. S’il l’accepte et qu’il se trouve plus près du patient que l’ambulance, il reçoit les informations complémentaires utiles et précises (adresse, identité de la victime, accès à un défibrillateur, etc.). Il peut alors se rendre sur place et commencer le massage cardiaque.

Vous êtes prêt-e à devenir premier répondant ??