Prévention de l’été 1: Les tiques

Prévention de l’été 1: Les tiques

Région d’Avenches, région à risque

Notre région est classée « à risque » pour la transmission de méningo-encéphalite verno-estivale (FSME) (Encéphalite à tiques) par l’Office fédéral de la santé publique. Il convient donc de prendre certaines dispositions pour s’en prémunir.

Vous pouvez vous protéger contre les piqûres de tiques des manières suivantes…

  • … en évitant les endroits où vivent les tiques: lisières de forêts, bordures de chemins, fourrés, sous-bois, herbes hautes et fougères jusqu’à 1,5 m, en-dessous de 2000 m d’altitude.
  • … en te montrant vigilant: les tiques sont particulièrement actives au printemps et en automne.
  • … en appliquant un répulsif anti-tiques sur la peau et les vêtements.
  • … en portant des vêtements couvrants et fermés de couleur claire: il est plus facile de repérer les tiques sur des vêtements clairs et ainsi d’avoir une chance de les éliminer avant qu’elles ne piquent.

Protection contre les maladies transmises par les tiques

Après chaque passage dans des endroits susceptibles d’être habités par des tiques, inspecte minutieusement et sans tarder (dans tous les cas le jour même) toutes les parties du corps et tes vêtements, sachant que les tiques privilégient le pli des genoux, les aines, les aisselles, et aussi le cuir chevelu chez l’enfant. Il existe un vaccin de protection contre la méningo-encéphalite verno-estivale (FSME). Applique les recommandations vaccinales de l’Office fédéral de la santé publique.

Comment retirer une tique: la bonne méthode

Plus la tique reste accrochée (et donc suce du sang) longtemps, plus le risque de contamination par l’agent de la borréliose est grand. Il importe donc de retirer la tique le plus rapidement possible à l’aide d’une fine pince. Saisis la tique avec la pince au ras de la peau et extrais la tique en tirant régulièrement. Pour finir, désinfecte le site de piqûre. N’utilise jamais d’huile, de vernis à ongle, d’alcool ou de colle pour extraire la tique. Ces produits sont susceptibles de favoriser la transmission d’agents pathogènes.

Reconnaître les signes de maladie: en cas de doute, consulter un médecin

Si des symptômes apparaissent après une piqûre de tique, il convient de consulter un médecin. En cas d’infection par l’agent de la borréliose, le premier signe de la maladie peut être une rougeur locale à l’endroit de la piqûre, qui s’étend sous forme annulaire. Après un examen plus approfondi, le médecin prescrira un traitement par antibiotiques afin de lutter contre l’agent pathogène et de prévenir sa propagation à d’autres organes. Par contre, en l’absence de symptômes, il n’est pas n’est pas nécessaire d’appliquer un traitement préventif après une piqûre de tique. Consulte sans tarder un médecin si après une piqûre de tique tu présentes des symptômes qui évoquent une borréliose ou une FSME. Selon le droit en vigueur, une piqûre de tique est considérée comme un accident. Pense donc à avertir ton assurance-accidents si tu es amené à consulter un médecin en raison d’un piqûre de tique.

Source: piqure-de-tique.ch

Intoxications

Intoxications

17727074-champignons-non-comestibles-en-for-t-d-automne-banque-dimagesChaque année, Tox Info Suisse répond à environ trente-sept mille demandes liées à des intoxications. La moitié des cas concerne des enfants de moins de cinq ans. Mais qu’est-ce qu’une intoxication, exactement ?

Une infection ou une maladie peut tout à fait entraîner une intoxication des organes, mais le terme désigne généralement les dommages qui entravent ou interrompent les fonc­tions vitales. De telles substances toxiques sont entre autres présentes dans les plantes et champignons, les produits ménagers et chimiques, les médicaments, les cosmétiques, les drogues et d’autres substances addicitves.

La palette d’effets spécifiques est aussi étendue que celles des substances toxiques. Toutefois, une substance est généralement réputée toxique lorsqu’elle entrave les processus métaboliques dans l’organisme et, ou endommage des tissus.

 

Précisions : Prévenir les intoxications

Des mesures simples peuvent vous aider à prévenir les intoxications. Les causes d’une intoxication sont fréquemment les conséquences d’une confusion. Les enfants de moins de cinq ans en sont les victimes les plus fréquentes.

  • Conserver les produits chimiques et les médicaments dans le conditionnement d’origine, ne jamais les transvaser dans des emballages de denrées alimentaires, même pourvus d’un nouvel étiquetage.
  • Ne pas déplacer de produits chimiques du travail au domicile.
  • Ranger séparément les produits chimiques et les médicaments dans des placards fermés, hors de portée des enfants.
  • Respecter les indications et les symboles de danger.
  • Jeter un coup d’œil sur l’étiquette avant l’emploi afin d’éviter toute confusion.
  • Ne pas prendre de médicaments en présence d’un enfant (risque d’imitation).
  • Une fois par an, rendre les restes de produits chimiques et les médicaments superflus aux fournisseurs.
  • Ne pas laisser du tabac ou de l’alcool à portée des enfants.
  • Ne pas exposer de plantes toxiques.
  • Contrôler régulièrement les chauffages aux combustibles fossiles et bien aérer lors de feux (danger d’une intoxication au CO).

Source : Centre suisse d’information toxicologique